Poésies :

Il est évident que tous ceux qui adorent la nature sont des poétes . 

 

La fontaine

Dans chaque petite ruelle

Les murs recouverts de chaux

Aux couleurs chaudes, m’émerveillent

Il fait bon, il fait chaud

Mais ne vous y fiez pas

Il suffit que le mistral

Se faufile en rafale

Pour vous glacer jusqu’à l’âme

En  arrivant sur la placette

Une fontaine pavée de galets vieillis

L’eau coule venue de la source secrète

Toutes différentes mais si jolies

A Aix, Salon, Bonnieux

Uzès, lacoste ou Opèpe  le vieux

Soient moussues, grandioses, typiques

Ou petites, secrètes, historiques

Dans la plus part des cas, elles servent de décor

On jette une pièce contre le mauvais sort

Servant d’abreuvoir aux brebis

Les oiseaux viennent boire avec les petits.

 f.D.

Les vraies merveilles ne coûtent pas un centime

Ici commence la liberté. 
La liberté de bien se conduire.
 
Voici l'espace, voici l'air pur, voici le silence,
Le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves.
Tout ce qui vous manque dans les villes,
est ici préservé pour votre joie.
 
Enterrez vos soucis et emmenez vos boites de conserves.
Les papiers gras sont les cartes de visite des mufles.
 
Ouvrez vos yeux et vos oreilles fermez vos transistors.
Pas de bruit de moteur inutile, pas de klaxons.
 
Écoutez les musiques de la montagne.
 
Récoltez de beaux souvenirs, mais ne cueillez pas les fleurs.
N'arrachez surtout pas les plantes : il pousserait des pierres.
Ne mutilez pas les fleurs, marchez sur les sentiers.
 
Il faut beaucoup de brins d'herbe pour tisser une vie.
 
Oiseaux, chevreuils, lapins, chamois,
Et tout ce petit peuple de poil et de plume
ont désormais besoin de votre amitié pour survivre.
 Déclarez la paix aux animaux timides.
 Ne les troublez pas dans leurs affaires
 L'ennemi des bêtes est l'ennemi de la vie.
 
Afin que les printemps futurs réjouissent encore vos enfants !
 
Samivel poète et randonneur